Le proxénétisme en France

Le proxénétisme se définit comme le fait de se créer des profits sur l’activité de prostitution d’autrui en exerçant un pouvoir sur la personne. La définition juridique de cet acte varie d’un pays à un autre, mais dans de nombreux pays, le proxénétisme est vu comme un acte illégal.

Les deux formes de proxénétisme

Généralement, on peut distinguer deux formes de proxénétisme :

  • Le proxénétisme direct :

C’est le fait d’aider, de soutenir ou de protéger la prostitution d’autrui. Il y a également  le fait de recruter, de détourner ou d’entraîner un individu en vue de le pousser à se prostituer. Il y a aussi le fait d’exercer sur lui une pression pour qu’il se livre à la prostitution ou continue à le faire. Le proxénétisme est aussi direct si la personne tire profit de la prostitution d’autrui ou partage les produits ou encore reçoit des subsides d’un individu qui se livre de manière habituelle à la prostitution.

  • Le proxénétisme indirect :

Cette deuxième forme consiste à fournir des locaux à des personnes, qu’ils soient publics ou privés, tout en sachant qu’ils vont les utiliser dans le cadre de la prostitution. C’est ce qu’on appelle proxénétisme immobilier. Cela peut encore se montrer sous multiples visages : restaurants, cabarets, boîtes de nuit, bars à hôtesses, clubs privés ou autres.

Les réseaux utilisés par les proxénètes

Pour les petites structures, les réseaux sont presque familiaux. Ils côtoient toutefois des organisations criminelles de haut niveau et qui sont complices avec des personnes haut placées au niveau du monde diplomatique et politique. Quant aux groupes de moindre importance, ils coopèrent plutôt avec de grands groupes impliqués dans plusieurs formes de trafics. Dans tous les cas, ils sont toujours structurés, mobiles et perfectionnés. C’est d’ailleurs là que repose leur force. Ils fonctionnent comme une entreprise où les différents groupes du réseau sont contrôlés par secteurs. À la tête se trouvent le conseil et le chef, qui assurent de superviser l’ensemble et définir aussi les  grandes orientations de l’activité criminelle.

La situation en France

Pour lutter contre le proxénétisme, la France met en place un plan bien répressif. Certes, le pays a rendu libre la prostitution, mais pour sa part, l’exploitation cette pratique est sévèrement punie. Selon la Direction des affaires criminelles, en cas de circonstance aggravante de proxénétisme, en moyenne, les peines de prison ferme sont fixées à 27,2 mois et le montant moyen à 13 080 euros pour les amendes.

Comme divers intermédiaires interviennent à chaque étape du proxénétisme. La structure fait alors face à une grande complexité pour remonter vers tous les responsables. Le fait que les proxénètes gèrent leurs affaires loin du champ des opérations, grâce aux téléphones mobiles et internet complique encore plus les choses.

Comment faire des rencontres coquines ?

Vous cherchez des personnes coquines ?

Vous voulez rencontrer des personnes qui aiment les mêmes choses que vous et qui pourraient être intéressées par une rencontre avec vous ?

Eh bien, voici quelques méthodes intelligentes pour rencontrer des personnes. Il existe un guide avancé qui vous aidera à trouver des personnes près de chez vous et à leur envoyer un message .

Allez dans un endroit où d’autres personnes susceptibles d’être coquines vont aussi !

Il s’agit d’une première étape très importante pour rencontrer des gens sympas, fréquentez les mêmes endroits qu’eux, si vous aimez les mêmes choses, vous aurez plus de chances d’entamer une conversation avec eux. Par exemple : si vous êtes intéressé par les relations sexuelles avec des femmes plus âgées, vous devriez les trouver sur des sites de rencontre spécifiques ou lors de rassemblements publics tels que des concerts ou des fêtes. Vous pouvez y discuter avec toute personne qui correspond à vos critères et espérer de bons résultats.

Parlez de ses centres d’intérêt !

Si une personne vous semble sympathique et qu’elle a des intérêts similaires aux vôtres, parlez-en : cela contribuera à créer un lien entre les deux et faciliter les échanges et les rencontres.

Si vous voulez essayer quelque chose de nouveau dans votre vie et que vous souhaitez rencontrer quelqu’un qui ressent la même chose, pourquoi ne pas en parler ? C’est une bonne idée : la personne pourrait être intéressée aussi. Si ce n’est pas le cas, vous saurez au moins qu’il existe des personnes semblables dans le monde et peut-être que la prochaine fois, vous en trouverez une qui veut les mêmes choses que vous.

Est-ce légal de faire des rencontres coquines entre adultes ?

Dans la plupart des pays, aucune loi n’interdit aux adultes consentants d’entretenir une relation entre eux. Dans de nombreux endroits, vous pouvez même profiter des rencontres entre adultes sans avoir à craindre que la police vienne vous arrêter pour avoir fréquenté une personne coquine ! Comme nous pouvons le voir, il n’est pas très difficile de rencontrer des personnes qui partagent des intérêts similaires. Essayez d’étudier les endroits où vous pourriez les rencontrer et entamer une conversation.

Dans quel pays il est interdit de faire des rencontres coquines ?

Les personnes coquines ne sont pas interdites dans la plupart des pays, mais il y en a certains où le fait de sortir avec un adulte est puni par la loi. Par exemple, si vous souhaitez sortir avec une personne coquine à Singapour, cela peut être considéré comme illégal et vous risquez jusqu’à deux ans de prison pour avoir fréquenté un adulte avec de mauvaises intentions.

Dans la plupart des pays, ce n’est pas un grand crime de rencontrer des personnes ayant des intérêts similaires et d’avoir une relation. Cependant, certains endroits sont plus stricts que d’autres : vous devriez vérifier les lois locales sur les rencontres avec une personne coquine avant d’aller plus loin dans vos projets.

Est-il illégal de sortir avec un adulte ?

Il existe de nombreux pays où le fait d’avoir une relation avec un adulte est actuellement considéré comme illégal. Dans certains endroits, vous risquez même une peine de prison pour avoir rencontré des personnes plus mûres. Singapour est l’un de ces pays : si vous voulez en savoir plus sur la façon dont cela fonctionne là-bas, lisez cet article de notre site Web qui explique tous les détails entourant le sujet des rencontres entre adultes ! Donc, si vous souhaitez rencontrer des adultes et vous adonner à des activités coquines, assurez-vous de faire vos recherches au préalable.

Publié dans Loi

L’escorting est-il légal en France ?

L’escorting est une pratique visant à offrir des services à caractère sexuel en échange d’une rémunération. Il s’agit donc d’une pratique assimilable à la prostitution, à une nuance près. Les prostituées classiques vendent leur corps, elles sont payées que pour des relations sexuelles, alors que les escort girls vendent plutôt leur temps. Elles peuvent ainsi être payées pour accompagner le client à une soirée, au restaurant, etc. même si cela finit généralement par des services sexuels.

Que dit la loi française à ce sujet ? L’escorting est-il légal en France ?

Être escort girl/boy est tout à fait légal en France

La prostitution d’une personne majeure n’est pas illégale en France. En d’autres termes, vous avez tout à fait le droit pour peu que vous ayez atteint l’âge de la maturité, de proposer des services sexuels en contrepartie d’une rémunération. Cela revient à dire que l’escorting est tout à légal en France et vous en apprendrez davantage sur la question en consultant le guide l’escorting.

Cela dit, la loi française interdit le recours aux services d’une personne qui se prostitue. La loi condamne également le fait d’inciter une personne à se prostituer ou le fait de tirer profit de la prostitution d’un tiers.

Notons qu’en la matière, la tentative de commettre l’un de ces actes est sanctionnée, même si cela n’a pas abouti à l’acte proprement dit. En outre, un français ou un étranger vivant en France peut être l’objet de poursuites judiciaires en tant que client d’un prostitué. Le fait que le prostitué soit Français ou un étranger vivant en France importe peu en l’occurrence.

Quelles sont les sanctions prévues en la matière ?

Le client d’une personne qui se prostitue est punissable d’une amende de 1500 € et elle peut aller jusqu’à 3700 € en cas de récidive. C’est l’article 611-1 du Code pénal qui le stipule clairement avec tous les détails liés à l’infraction.

Selon les articles 225-5 à 225-12 du Code pénal, le proxénétisme est passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 7 ans et d’une amende de 150 000 €. Pour ce qui concerne le tenancier d’un lieu de prostitution, il encourt jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 750 000 € d’amende.

Toutefois, il faut reconnaître que la prostitution en ligne échappe généralement aux poursuites judiciaires et très peu de sites sont poursuivis à cet effet. En effet, il existe de nombreux facteurs qui favorisent une certaine « invisibilisation de la prostitution en ligne », ce qui donne lieu à une pénalisation très ponctuelle sur internet.

Publié dans Loi

3 astuces pour mieux organiser ses expériences sexuelles avec des prostituées

La plupart des gens sont gênés à l’idée que leur entourage puisse être au courant de leur vie sexuelle et des expériences qu’ils font avec des prostituées. Même s’il n’y a pas de raisons de se cacher, il existe des dispositions simples que vous pouvez prendre afin de garder votre vie sexuelle à l’ombre de critiques et remarques. Cet article aborde justement la question et vous propose quelques astuces.

Faire venir son escort à domicile

Le thème escort désigne les prostituées qui sont prêtes à se déplacer vers le client dans son domicile afin de lui rendre service. La meilleure façon de protéger ces détails de votre vie est de faire venir une prostituée à domicile. En procédant ainsi, vous avez moins de chance d’attirer l’attention sur vous.

De façon standard, il faut nécessairement que le client se déplace vers le quartier des prostituées et tente d’en trouver une qui lui plaise. Ensuite, il faut passer à l’acte dans la chambre spécialement aménagée par celle-ci pour ces occasions. En procédant ainsi, vous avez de grandes chances de vous retrouver tôt où tard dans une situation inconfortable pour vous. Voilà pourquoi le recours aux escorts s’avère une meilleure solution.

Visiter des sites d’annonce

La meilleure façon de trouver une prostituée de nos jours pour une partie de plaisir est de faire confiance au numérique. Des sites d’annonces existent aujourd’hui en grand nombre pour vous permettre de ne plus avoir à fréquenter les coins des prostituées avant de conclure un rendez-vous. Il vous suffit désormais de vous inscrire sur une de ces plateformes pour consulter les offres disponibles.

Vous pourrez alors choisir le genre de femme que vous préférez en observant au préalable les profils disponibles. Il vous serait ensuite possible de faire la discussion en vue de négocier les conditions pouvant conduire à votre rencontre. Sachez d’ailleurs que les sites d’annonces favorisent ce phénomène à travers les différentes fonctionnalités disponibles sur les plateformes.

Faire des négociations complètes avant conclusion du rendez-vous

Nombreux sont ceux qui invitent des prostituées à domicile sans leur préciser les détails concernant les services qu’ils devront rendre. Si vous tenez à mieux organiser votre vie sexuelle sur ce plan tout en gardant votre intégrité, il est très important que les négociations soient approfondies. Vous vous éviterez d’avoir à subir des scandales ou même une augmentation de tarif.

En effet, une prostituée qui vient chez vous doit savoir à l’avance jusqu’où vos fantasmes pourraient vous emmener et se préparer donc. Vous devez préciser si, en l’occurrence, vous serez plusieurs hommes ou si vous êtes un couple à la recherche d’un plan à trois. Tout ceci va déterminer en fait le tarif et les conditions que votre prostituée devra fixer.

Le sexe : la nouvelle monnaie d’échange du monde moderne

La jeunesse moderne voit de plus en plus le sexe comme un moyen, ou bien une monnaie d’échange pour l’atteinte d’objectif. Que ce soit dans la junte féminine que masculine, le sexe est utilisé pour donner un cout de boost aux études ou encore à une carrière. Mais dans l’ensemble, cette pratique ouvre la voie à la prostitution.

Le problème de la précocité sexuelle, un pas vers a prostitution de luxe

Notre société moderne met le sexe au centre de toutes les intrigues. Que ce soit dans les publicités, ou encore les divers clips vidéo ou encore le comportement des célébrités qui exhibent leur corps sur les réseaux sociaux, façonne une éducation centrée sur le sexe. Ces supports de communications incitent les jeunes à passer de plus en plus jeune à l’acte sexuel, mais également à voir le sexe comme un moyen d’atteindre des objectifs. Aspirant à une vie plus aisée, de nombreuse jeune fille ayant une activité sexuelle précoce à associer le sexe à un service que l’on peut échanger contre des cadeaux ou encore une somme conséquente. En exhibant leur corps dans les réseaux sociaux, elles arrivent facilement à séduire de riche client.

L’argent : le moteur qui fait basculer la jeunesse dans la prostitution

La raison de la prostitution peut trouver son origine dans divers traumatismes. Mais dans notre monde moderne, en plus des traumatismes, de nombreuses jeunes filles entrent dans le milieu de la prostitution pour des raisons purement matériel.

  • Premièrement, les riches hommes d’affaires recherchent des filles d’un niveau plus simple, cultivé. Cette quête les incite à payer des sommes folles pour la compagnie de ces filles. Fascinés par la manne financière qui se présente à elle, beaucoup n’hésitent pas à franchir le pas.
  • Augmenter leur notoriété sur les réseaux sociaux. De nombreuses filles séduit les célébrités afin d’accroitre leur aura et ainsi augmenter leur visibilité sur ces réseaux : plus de célébrité, plus de gros clients, plus d’argent.

L’évolution de la prostitution vers la prostitution de luxe porté par les réseaux sociaux

Le numérique a ouvert les frontières du monde à la prostitution international. Ainsi, la prostitution moderne a dépassé le seul fait de l’acte sexuel. La nouvelle génération de prostitué est non seulement belle, mais également intelligente et cultivée. Dans la vie courante, elles s’affichent sans problème au côté de grandes célébrités sur les réseaux sociaux et n’affichent aucunement le statut de prostituer. Dans leur travail, l’acte sexuel est devenu un accessoire, une manière de conclure la séduction d’un client. Elles courtisent le client et le séduisent afin que ce dernier s’ouvre à elles et débourse plus. D’une manière plus générale, les prostitués de la nouvelle génération ne s’intéressent pas plus aux passes à bas prix, mais elles cultivent leur image en même temps que leur travail.

Le proxénétisme et la prostitution selon la loi française

Chaque pays dispose de ses lois en ce qui concerne le travail du sexe. Tel est le cas de la France qui considère cette pratique comme étant une atteinte à l’intégrité de la personne. Mais quelles sont exactement les mesures que l’État a prises à l’encontre du proxénétisme en France et quelles sont les sanctions encourues par les auteurs de cette pratique ?

Les faits punis par la loi française

En France, le proxénétisme est considéré comme une infraction. En effet, la loi ne cautionne pas que l’on encourage d’une manière ou d’une autre une personne à se servir de son corps pour gagner de l’argent. Ainsi, la loi française punit tout acte qui assiste ou aide à la protection de la prostitution d’une personne, et ce même sans que vous n’en tiriez une compensation. La loi française punit également l’embauchage d’un individu pour le prostituer avec ou sans son consentement par la suite. De même, qu’elle punit le fait de tirer profit d’une personne qui se prostitue. La loi française condamne également l’entrave aux actions menées par des organismes dans la prévention, l’assistance, le contrôle ou encore la rééducation des prostituées. Il est important de savoir que toute personne payant les services d’un prostitué peut être poursuivie par la loi et ce que vous soyez de nationalité française ou étrangère. Il en est de même pour les personnes qui exploitent tout établissement utilisé pour la prostitution.

Les peines encourues en France

Le proxénète, le client du prostitué ou encore le gérant d’un établissement de prostitution peuvent être poursuivis par la justice pour leurs activités. Des sanctions ont d’ailleurs été mises en place afin de punir toutes les personnes qui encouragent la prostitution.

  • Le proxénète encourt  une peine d’emprisonnement de 7 ans avec une amende de 150 000€ s’il se fait attraper. Dans le cas où la victime du proxénète est un mineur de 15 ans ou moins, le proxénète risque une peine d’emprisonnement de 15 ans avec période de sureté et une amende  de 3 000 000€. La réclusion criminelle à perpétuité avec une amende de 4 500 000€ est réservée au proxénétisme avec acte de barbarie et de torture.
  • Le client d’un prostitué quant à lui peut payer une amende de 1500€ s’il se fait prendre. Il devra s’acquitter d’une amende de 3750€ si ce n’est pas la première fois que la justice le surprend à payer les services d’un prostitué. Et si vous appréciez les prostitués mineurs, vous risquez une peine d’emprisonnement de 3 à 7 ans avec une amende de 45 000€ à 100 000€.
  • Celui qui exploite un établissement pour la prostitution encourt une peine d’emprisonnement de 10 ans et devra s’acquitter d’une amende de 750 000€.

Les faits acceptés par la loi française

Il est important de souligner que le proxénétisme ainsi que la prostitution des mineurs sont totalement interdits en France. Ainsi, aucune exception n’est tolérée quand il s’agit de la dégradation de  l’intégration d’une personne. De même que toute forme de violence envers les travailleurs du sexe est punie par la loi.  Cependant, la prostitution, d‘une personne de plus de 18 ans soulignons-le, n’est pas interdite par la loi française si elle n’affecte pas l’ordre public.

Les abus sexuels et les sanctions

D’innombrables mineurs subissent des abus sexuels par des proches ou encore des inconnus. Il existe d’ailleurs différents abus sexuels. Il est d’ailleurs important de connaitre exactement de quel abus le mineur est victime pour que l’agresseur puisse subir les conséquences de ses actes. Quels sont donc exactement les types d’abus sexuels et quelles sont les sanctions prévues à cet effet ?

L’atteinte sexuelle

L’atteinte sexuelle est un acte par lequel un majeur pratique sans menace, violence, surprise ou contrainte une atteinte sexuelle sur un mineur de 15 ans ou moins. Cette infraction est encore plus grave quand elle est commise par un proche légitime de la victime ou d’un individu qui abuse de son autorité sur le mineur. La peine encourue pour une atteinte sexuelle sur un mineur est une peine d’emprisonnement de 7 ans avec le paiement d’une amende de 100 000€. La peine maximale pour l’atteinte sexuelle est de mise quand l’infraction est commise avec une arme ou elle est pratiquée par un groupe d’individu.

Le viol

Le viol est un acte de pénétration sexuelle de n’importe quelle nature sur une personne non consentante. Il peut s’agir d’un acte par surprise, un acte violent ou même une menace commis par une connaissance ou même un inconnu. Dans tous les cas, c’est un crime aux yeux de la loi. Pour un viol, la peine est assez lourde. En effet,

  • Dans le cas d’un viol sur mineur de moins de 15 avec une conséquence d’infirmité permanente ou de mutilation, la peine encourue par le violeur ainsi que son ou ses complices est de 20 ans en réclusion criminelle.
  • Si la victime du viol décède, la peine est de 30 ans de réclusion criminelle pour son auteur et ses complices.
  • Si le viol a été commis dans des actes de barbarie, l’auteur du viol peut encourir une peine d’emprisonnement à perpétuité qui s’accompagne d’une période de sureté qui peut aller jusqu’à 22 ans.
  • Le viol d’un mineur de plus de 15 ans ou d’une personne majeure est sanctionné par une peine d’emprisonnement de 15 ans.

L’agression sexuelle

L’agression sexuelle est un acte d’atteinte sexuelle exercé  avec menace, violence, surprise ou contrainte sur un individu. Ici, il ne s’agit pas de viol, mais d’attouchements et autres pratiques sans pénétration. Dans le cas d’une agression sexuelle, l’auteur du crime encourt une peine d’emprisonnement de 10 ans avec une amende de 150 000€ si la victime est un mineur de moins de 15 ans. Si la victime est un mineur de plus de 15 ans, la sanction est une peine d’emprisonnement de 7 ans avec une amende de 75 000€. La sanction peut être alourdie si l’agression sexuelle a été commise par un ascendant de la victime ou une personne qui présente une autorité de fait ou de droit sur la victime.

Le contrat de prostitution : la loi en parle

En France, un travailleur du sexe est un prestataire de services comme un autre. La prostitution étant associée à un service qu’une personne loue. Et contrairement au proxénétisme, ce statut jouit d’une certaine protection. Qu’il soit tacite ou exprès, il est évident qu’un contrat se forme dès que les deux parties sont d’accord.

Base juridique et définition 

La prostitution relève du droit civil. Le Code pénal n’est donc pas nécessaire lorsque tout se fait dans les règles, même lors d’une relation tarifée. Mais le juge peut apprécier une affaire selon les cas. Pour ainsi dire que cette activité n’est nullement interdite même si aucun texte n’en donne une définition précise. Sachez toutefois que tout attouchement ou contact physique ayant pour but de satisfaire un besoin sexuel est considéré comme un acte de prostitution dès qu’il y a rémunération. Voilà pourquoi le terme « travail du sexe » devient plus approprié.

Les limites : une règle de droit presque silencieuse

Aucun texte de loi n’attribue un caractère illicite à la prostitution. Mais aucun autre texte ne lui confère une existence légale. L’absence de définition légale en est la preuve. Ce sont les jurisprudences qui remplissent le vide, là où le législatif reste silencieux. Il existe pourtant des règles de droit :

  • Aucune interdiction de pratiquer cette profession n’est autorisée ;
  • Le proxénétisme n’est pas de la prostitution et est puni d’une peine d’emprisonnement ;
  • Le racolage est interdit, qu’il soit passif ou actif ;
  • Aucun mineur ni aucune personne vulnérable ne peut se prostituer ;
  • Le consentement des deux parties est obligatoire.

L’accord : est-ce qu’il en existe ?

Oui, il existe bel et bien un contrat entre le/la prostituée et son client. Le caractère vénal et l’existence de tarification font que l’accord devient un contrat de prestation de services. Et ce, même s’il n’est pas écrit et même si aucune signature n’a lieu. Il n’entraîne pas non plus de lien de subordination. Le fait qu’un individu accoste, de quelque manière que ce soit, un travailleur du sexe, lui demande ses faveurs et que ce dernier accepte traduit déjà l’existence d’une mini convention.

Et les bonnes mœurs ?

On parlera plutôt de dignité humaine puisque le corps n’a pas de valeur marchande réelle. Même s’il vend son corps, il ne se vend pas pour autant. Raison pour laquelle cette activité n’est pas considérée comme une faveur, mais comme un vrai travail. Elle serait une transaction presque banale. Seulement, la loi ne prévoit pas de protection totale contre les risques parce que le prostitué n’est pas justiciable. Ce qui signifie qu’il ne peut demander réparation dans le cas où son client refuse de payer. Encore un autre point qu’il faudrait discuter au parlement.

Qu’en est-il de la couverture médicale des travailleurs du sexe ?

Assurer une couverture médicale complète aux professionnels du sexe français était une tâche ardue, mais l’Union pour les professionnels du sexe (STRASS), un syndicat des professionnels du sexe masculin, féminin et transgenre a remporté la lutte. Des mesures sont déjà prises pour protéger les prostituées contre les diverses violences, la traite des êtres humains et toute forme d’exploitation illégale surtout envers les mineurs, cependant qu’en est-il du droit des prostituées aux soins de santé ?

Une couverture de santé minimale pour les prostituées en France avant l’année 2017

Le syndicat français, qui existe depuis 2009, demande sans relâche aux mutuelles de santé prendre en compte la couverture de santé complète pour les travailleurs du sexe, les prostituées et de discuter du statut des professionnelles du sexe. Contrairement à la croyance populaire, la France ne garantit à ses citoyens et résidents légaux qu’une couverture santé de base avant l’année 2017. Pour prétendre à une couverture complète, il faut demander une assurance maladie complémentaire par le biais de son organisation du travail, de l’université ou du bureau de chômage local. Le problème sous-jacent des professionnelles du sexe est que la prostitution est devenue illégale en France en 1960 (la France est signataire de la Convention pour la répression de la traite des personnes), ce qui signifie que les professionnelles du sexe ne peuvent pas demander une couverture médicale complète durant des années.

Les prostituées et travailleurs du sexe bénéficient d’une mutuelle de santé en 2017

Le STRASS a annoncé la mise en place d’une mutuelle santé et de prévoyance sociale pour les prostituées. Une mesure bien placée grâce au partenariat avec la Mutuelle de Prévoyance interprofessionnelle. Avant, les prostituées ne disposent pas de couverture sociale légale et de couverture de santé complète comme les salariés en France. Les frais découlant d’une maladie sont à leur propre charge ainsi que les conséquences d’un arrêt de travail. Le STRASS a réussi de créer sa propre mutuelle santé et prévoyance. Cette mutuelle prend en charge :

  • Le remboursement des frais médicaux
  • Le remboursement des frais liés à une incapacité de travail

Prévention, information et éducation sanitaire contre le VIH Sida

Les prostituées sont parmi les personnes vulnérables face à la maladie du VIH Sida. L’État français a mis en place un plan de prévention du VIH pour les prostituées comme l’organisation et la coordination des offres de prévention de divers acteurs au niveau régional. Ce plan consiste à sensibiliser les acteurs sociaux, de la santé, sociaux et juridiques en contact avec les prostituées concernant les mesures à prendre pour la prévention du VIH. L’État a pensé aussi à l’adaptation des mesures préventives aux nouvelles formes de prostitution ainsi que la prévention de la transmission du VIH et d’autres maladies sexuellement transmissibles aux clients des prostituées.

Comment les législateurs abordent la pratique de la prostitution ?

Les lois sur la prostitution et la mesure dans laquelle elles protègent les femmes et leur donnent accès à des avantages tels que les soins de santé varient considérablement d’un pays à l’autre. Les experts disent que dans les pays pauvres, les mesures anti-prostitution sont souvent militarisées pour punir les travailleuses du sexe qui contrôlent leur propre corps. De plus, ces lois ne sont pas toujours efficaces pour arrêter la propagation des maladies, la traite des êtres humains ou la violence contre les femmes. La profession la plus ancienne du monde est soumise à des lois complètement différentes dans différentes parties du monde, et la situation en Europe est particulièrement compliquée. Il existe essentiellement plusieurs façons différentes dont les législateurs européens abordent la prostitution.

La prostitution en Allemagne

Tout d’abord, les personnes qui souhaitent se livrer à ce genre d’activité doivent s’enregistrer auprès des autorités locales. Elles doivent obligatoirement passer une visite médicale dans un centre public de santé. Pour ouvrir une maison de prostitution, il faut un permis d’ouverture et une preuve des conditions maximales de sécurité et d’hygiène. La prostitution en Allemagne est caractérisée par plusieurs formes :

  • Le modèle du laissez-faire en prostitution qui n’interdit pas la prostitution.
  • Les prostituées opèrent en dehors du cadre juridique et ne paient généralement pas d’impôts.
  • Les bordels, le proxénétisme et d’autres formes d’exploitation d’autrui sont interdits, car il n’y a aucun moyen d’employer légalement une prostituée, mais les bordels sont généralement tolérés.

La prostitution en France

En France, la prostitution n’est pas illégale ; pourtant d’autres pratiques liées à la prostitution comme le proxénétisme est réprimé par la loi. La France a introduit de nouvelles lois sur la prostitution, rendant légale cette activité, mais les activités autour d’elle comme les bordels et le proxénétisme ont été rendus illégaux. Le gouvernement français estime que 90% des 20 000 à 40 000 professionnelles du sexe du pays sont victimes des réseaux nigérians, chinois et roumains de traite sexuelle. Dans le cadre de ces nouvelles mesures, le gouvernement français mettra également en place un programme pour aider les prostituées à quitter l’industrie.

La prostitution Nordique

En Suède, l’État interdit une personne de payer pour des rapports sexuels, mais applique des politiques de laissez-faire aux prostituées elles-mêmes. L’achat de services sexuels et le proxénétisme sont criminalisés. On considère cela comme de la criminalisation asymétrique. En appliquant ce modèle de prostitution nordique, la prostitution de rue a diminué de moitié. Les traites à des fins d’exploitation sexuelle dans le pays nordique ont diminué en adoptant la criminalisation de l’achat d’actes sexuels. Les femmes victimes de traites sont prises en charge rapidement et reçoivent un soutien et des ressources pour celles qui souhaitent arrêter de se prostituer et quitter l’industrie de sexe.